Prachuap Khiri Khan, l’oubliée des farangs

Share Button

Prachuap Khiri Khan, c’est le chef lieu de la province et non pas Hua Hin comme on pourrait le penser tant la ville plus au nord jouit d’une aura bien plus importante. Enfin auprès des touristes du moins. Je pense qu’ici, on peut se faire une idée de ce que devait être Hua Hin avant de se transformer en nid à  touristes. Les offres de logement sont assez rares et résolument tournées vers la clientèle thaïlandaise qui représente l’essentiel de leurs occupants. On trouve très peu d’inscription en alphabet occidental et le front de mer pourtant assez long ne compte que 3 hôtels, une guesthouse et 6 restaurants au taux d’occupation assez modeste. Pourtant, la vue est superbe sur la mer, le jetée avec ses bateaux de pèche et les grandes montagnes au large. Les deux guides de référence que j’ai emmenés semblent d’ailleurs ne s’être intéressés à  cette localité que par souci d’exhaustivité tant ils ne lui consacrent que peu de lignes et ne savent pas rendre le charme de cette ville. Pour ceux qui aiment la mer, les randonnées et la tranquillité, je crois que c’est la bonne adresse en Thaïlande ! Pour la vie nocturne par contre, faudra repasser. Passé 22h, on a l’impression d’une ville fantôme avec ses rues aux rideaux de fer fermés et dont les deux roues qui s’entassaient des deux côtés le jour ont disparus, partis se coucher avec leurs propriétaires. Je n’ai jamais vu ça ailleurs.
Ce qu’on remarque en premier quand on arrive en train ou qu’on se ballade le long de la jetée, c’est le temple Wat Thammikaram, perché sur sa montagne et duquel on a une vue magnifique sur la baie. L’édifice en lui-même n’a que peu de charme tant le béton y est omniprésent mais le panorama vaut vraiment le détour. Certes il faut braver les singes qui ont élu domicile sur cette montagne en masse et s’ils sont turbulents, ils ne vous veulent aucun mal, juste éventuellement vous dépouiller de vos victuailles si elles sont à  portée de pattes et gravir les 396 marches pour atteindre le sommet. Et j’ai eu la chance d’y aller avant d’être manchot et donc ai pu y faire des photos tôt le matin.
Wat Thammikaram - Prachuap Khiri Khan
Baie de Prachuap Khiri Khan
Je suis aussi allé voir les pêcheurs, bien plus nombreux sur le port qu’à  Hua Hin et qui étaient amusés de me voir avec mon gros appareil les photographier. J’ai même croisé un groupe de jeunes marins qui m’a interpellé d’un « Harry Potter,Harry Potter ! ». C’est définitif, je lui ressemble, enfin en Asie. Je crois que c’est limite un dieu vivant au Japon, je devrai peut-être allé là -bas.
Pècheurs parchaup Khiri khan
Sinon comme ça quand on arrive dans la ville, on trouve assez vite sa façade maritime mais elle ne donne pas tellement envie de se baigner, l’au n’est pas propre propre, on peu dore que les marin ne prennent pas tellement soin de leur outil de travail. De toute façon, il n’y a pas vraiment de plage de ce côté-là . La belle plage de carte postale, elle est à  2 km de là . Pour s’y rendre, il faut pénétrer dans la base militaire qui la précède et montrer patte blanche. Patte bronzée, ça marche aussi, ils m’ont laissé rentrer. A l’accueil, on doit inscrire ses nom et prénom, son moyen de locomotion et son heure d’entrée. C’est vraiment pour la forme. j’aurais pu écrire Gaston Lagaffe venu en gafmobile, ça n’aurait rien changé. Ne le faites pas à  pieds comme moi, le premier jour, il y a 2 km quand même à  partir de là  et si vous le faites en vélo, louez un vélo en plus il y a de jolies balades à  faire de l’autre côté de la base militaire. Pour la plage, il faut suivre les panneaux Ao Manao, on traverse la piste d’attérrissage de la base puis longe le golf qui se situe juste après et dont seuls les greens sont verts tous le reste du parcours pourrait s’appeler le yellow, puis vous voilà  arrivés à  une plage calme, peu fréquentée avec en haut une petite forêt de pins et en dessous un sous bois abondant de chaises longues et tables. On est de l’autre côté de la crique, ici la propreté de l’eau est beaucoup plus engageante. C’est même assez génial de se baigner dans un lieu pareil à  10h du matin et d’être le seul à  en profiter. Quand le mer ne s’agite pas, c’est un régal !
Plage Ao manao

Prachuap échappe à  la fièvre touristique, probablement à  cause de cet accès un peu atypique à  sa plage la plus intéressante et c’est tant mieux. Il y a toutefois fort à  parier que dans les années à  venir, le tourisme prendra de plus en plus en plus d’importance ici tant il y fait bon vivre. Une destination bien plus reposante et agréable qu’Hua Hin à  qui il manque peut-être un peu d’animation nocturne. Je dis ça et pourtant, je n’ai pu réellement en profiter que deux jours, j’aurais adoré explorer les montagnes à  vélos et aller au village de pêcheurs.

Je referai peut-être une halte ici quand j’aurai retrouver l’usage de mes deux bras. Décidément cette région me plaît !
Les photos de Prachuap sont dans la galerie.