Sihanoukville, plage tranquille

Share Button

A peine arrivé au Cambodge que déjà  je me fais questionner en règle pas une jeune femme qui prend la liberté de s’asseoir en face de moi a la terrasse du petit restaurant face a la mer où je me suis arrêté dîner. Outre les sempiternelles questions sur mon patronyme et mon pays d’origine, elle voudra savoir combien de temps je pense rester et très rapidement pourquoi, je suis seul, si j’ai une girlfriend, ce a quoi je réponds par l’affirmative. Deux questions de plus et la voila repartie non sans me proposer de venir la voir sur cette plage si j’avais besoin d’un massage. Sont accueillants les gens quand même !
Ne cherchez pas a Sihanoukville des monuments à  visiter à  part deux temples assez récents, il n’y a rien a voir. Vous connaissez ma curiosité pour ces édifices, je me suis donc quand même rendu a l’un d’entre eux le Wat Utynieng. Il mélange un style que je connais bien pour l’avoir maintes fois croisé en Thaïlande et des éléments khmers.
Sihanoukville temple khmer
Sihanoukville wat Krom
Un bonze vient a ma rencontre et entame la conversation. Il m’explique notamment que les moines travaillent à  transformer le chemin de terre qui passe à  côte du temple en vraie route. Un travail harassant. « Tiens c’est la DDE en fait les bonzes, ils ont déjà  les tenues oranges en même temps », me dis-je. Et il faut dire que le matériel dont ils disposent pour ce travail est assez rudimentaire. En fait, ils pavent d’abord la chaussée de pierres et cailloux ramasses sur le chemin et ensuite les recouvrent de ciment pour obtenir une surface plane. Il se relaient toutes les deux heures et s’arrêtent complétement entre midi et deux heures quand le soleil tape trop fort. Le moine m’explique également qu’il étudie l’Anglais et donne des cours de bouddhisme aux enfants.
Sihanoukville bonze travaux

Comme j’en ai l’habitude et ce sera pareil pour mon voyage cambodge, je me lance dans plusieurs grandes marches, l’une vers le port puis de la vers la ville et l’autre le long de la mer sur la plage sautant de rocher en rocher sur une partie du parcours. Et c’est incroyable le nombres d’amis que je peux avoir sur les routes ici ! C’est mieux que Facebook ! Le problème c’est que je me souviens pas d’eux, pourtant tous m’interpellent d’un « Hello, my friend ». Ici, pas de moto-taxis avec de jolies vestes colorées, bleues, oranges ou vertes et un numéro, non, ici tout le monde semblent s’improviser chauffeur de moto-taxi. Pour peu qu’ils voyagent seuls sur leur deux roues, ils vous proposeront de vous embarquer avec eux. Il existe aussi des simili tuk-tuk mais pas de taxis.
Ce qui attire les touristes a Sihanoukville, c’est évidemment le bord de mer et les prix bas. Personnellement, j’aurais fait escale à  Victory Beach, pas une plage d’un charme fou surtout quand on vient de Thaïlande mais un lieu sympathique avec un peu d’animation. Serepidity beach plus a l’ouest est plus coquette et plus fournie en guesthouses. Entre les deux Sokha beach plus calme. Mais s’asseoir sur la moto d’un de vos amis et s’y rendre pour y passer l’après-midi peut valoir le coup si vous acceptez de vous passer du confort des chaises longues avec matelas et boissons servies sur un plateau moyennant finance de sa voisine victorieuse. Il est agréable de flà¢ner dans les deux rues animées de Victory Hill le soir, quelques bars sympathiques, un restaurant indien délicieux le Maradja et peut-être de se poser pour un verre, regarder le foot anglais ou jouer au billard. On sent en passant par là  régulièrement des effluves de marijuana. Du côte de la plage par contre a ma grande surprise, une fois la nuit tombée, c’est très calme et à  20h, les bars ont quasi tous plié bagages. Dommage, j’aurais préféré siroter un cocktail en regardant la mer et la petite jetée illuminée d’une rangée de lampadaires stylés plutôt qu’en ayant vue sur un mur défraichi, une rue de terre bosselée et son flot de passants ou un écran de télé.
Sihanoukville by night

Mes premiers contacts avec la nourriture khmers sont par contre encourageants, que ce soit le boeuf loc lac ou le poulet Amlok, les deux sont très savoureux et peu voire pas épicé pour le premier. On verra si tous mes essais culinaires me laisseront avec le même enthousiasme. Demain, départ pour Kampot. Oui, j’oubliais hier c’était le réveillon du Nouvel An Chinois et cette fois-ci, c’est lui qui m’a raté ! Je me suis renseigné auprès du personnel de mon hôtel pour savoir ou aurait lieu les festivités, la réponse en résumé fut « chez les gens ». Apparemment, au Cambodge ou a Sihanoukville en tout cas, ça se fête en famille, pas de défilé, de compte à  rebours sur la place publique, rien même s’il y a eu sur le port un rapide feu d’artifices. Dommage. A Bangkok, dans le quartier chinois, je suis sà»r que la fête devait être éblouissante et le sera encore car la fête dure trois jours.

Les photos de Sihanoukville sont dans la galerie.