Un petit tour a Phnom Penh

Share Button

Ici, c’est extraordinaire, les scooters roulent au Pepsi ou Fanta. Votre jauge vous annonce une panne seche prochaine, vous vous arretez au bord de la route, demandez au marchand du carburant et il vous vide le contenu d’une bouteille en verre frappe du logo des sodas americains dans le reservoir. Et c’est reparti. A mon avis y a un truc, mais lequel….
A Phnom Penh, le touriste est guette sans relache par les chauffeurs de motodops et tuk-tuk qui essaient de gagner quelques dollars. Et ils sont tres tres tres nombreux ! La ville comme toutes les capitales est bruyante, a une densite de circulaiton incroyablement importante et tres peu de feux de circulation. Il faut de la patience ou de l’inconscience, selon votre temperamment, pour traverser une rue. La capitale khmere ne m’a, je dois dire, pas vraiment charme, au contraire. Le contraste avec Kep petite bourgade calme et apaisante explique probablement en partie ce desamour. Le quartier le plus agreable est celui du quai Sissowath avec non loin en enfilade, le musee national, le grand palais et la pagode d’argent qui sont les monuments a voir a Phnom Penh.
Phnom Penh - musee national

Mais il est vrai que si vous venez de Bangkok, ils feront pale figure devant le grand Palais et le Wat Phra Keo et vous decevrons probablement. D’autant plus que le parcours du visteur est balise par des panneaux le repoussant ou lui interdissant de revenir sur ses pas. Ajoutez a cela l’interdiction de photographier les interieurs des monuments et une pagode d’argent dont l’attrait pricipal, a savoir le sol de dalles d’argent grave de fleurs de lys, ( la France est passe par la ) se fait timide. Seul un metre carre est visible, le reste est recouvert de grands tapis. Et pour couronner le tout, su la partie visible par endroits, les joints ont ete recouvert de scotch ! Bref, une visite assez frustrante au final. Je n’ai par ailleurs finalement pas voulu me rendre dans les lieux de memoire des exactions khmeres rouges. Un choix peut-etre un peu lache, j’avoue…
Des que vous en aurez marre du brouhaha de la ville et des interpellations tous les 3 metres pour vous proposer de vous vehiculer, vous pourrez vous echapper sur l’ile de Koh Dach ou ile de la soie. On passe en quelques dizaines de metres de la ville la plus bruyante et grouillante du pays a la camagne totale. Chemins de terre, pas de voitures, des velos, quelques scooters, des maisons surelevees en bois qui pour beaucoup abritent en dessous d’elles un metiers a tisser la soie. D’ou la nom de l’ile. Par contre, le chemin vers le ferry qui fait la traversee est un peu dissimule, il faut connaitre. Un tuk-tuk vous sera quasiment indispensabe pour vous y rendre.
Cambodge ile de la soie
Et le soir, a Phnom Penh, le touriste est toujours guette malgre un eclairage public souvent minimaliste, la circulation ne s’apaise toujours pas. Dans les rues fermees a la circulation qui se croisent le long du grand palais et du musee national, les habitants jouent au foot avec une balle en osier ou au badminton.
Phnom Penh ne m’aura pas donner un petit gout de reviens-y mais peut-etre que je ne lui ai pas laisse sa chance. Toujours estil que me voila parti vers le nord a la conquete des temples d’Anghkor.

Plus de photos de Phnom Penh dans la galerie.