Klong Plu et Bang Bao

Share Button

Koh Chang, c’est la plage, le soleil et la mer ( mince, √†¬† citer des chansons comme √ßa, je vais devoir payer des droits SACEM ) mais c’est aussi un parc national avec une nature tr√®s dense et sauvage. Et l√†¬†, pour sauvage, je parle pas des russes bourr√©s qu’on peut croiser. Et donc, comme c’est un parc national, on peut pas faire ce qu’on veut. Le topless sur la plage est interdit par exemple. Enfin, pour les femmes, parce que nous les hommes on a le droit. Je suis d’accord, c’est tr√®s sexiste comme r√®gle et je suis pr√™t √†¬† partir en bataille contre cette r√®gle des plus discriminatoires. Quand il y a une cause noble √†¬† d√©fendre, je suis l√†¬† !
j’ai donc d√©cid√© d’aller voir une cascade. J’ai choisi la plus grande Klong Plu. Arriv√© au guichet, je paie mes 200 THB d’entr√©e et demande une carte des lieux, le gardien grommelle qu’il n’en a pas et je me rends compte que je n’en tirerai aucun renseignement, c’est d√©j√†¬† bien qu’il ait interrompu sa sieste pour me vendre un ticket. Un chemin tortueux, qui monte et qui descend avec des panneaux sur les arbres avec leur nom latin – ben oui, on est dans un parc national, je vous dis ! – m√®ne au bout de 500 m√®tres qui en paraissent le double √†¬† la dite chute d’eau. Et effectivement, c’est haut. Les plus t√©m√©raires, dont je ne ferai pas partie se baignent dans le bassin dans lequel se jette la cascade, d’autres dans ceux avant. Moi, j’ai mon maillot, cette fois mais comme l’eau n’est pas aussi limpide que j’aimerais, je pr√©f√®re m’abstenir, la mer, c’est bien. A part moi, que des russes. Je ne sais pas ce qu’ils ont avec les cascades. Peut-√™tre qu’ils n’ont pas l’habitude de voir de l’eau. Je veux dire √†¬† part en gla√ßons dans leur Vodka. Je sais, je caricature mais le groupe de russes qui a fait le trajet Bangkok Koh Chang avec moi a achet√© des bouteilles d’un litre de bi√®re Chang pour chacun √†¬† chaque arr√™t, du coup, j’ai du mal √†¬† ne pas tomber dans le clich√©. Sinon pour tout dire forc√©ment √†¬† c√īt√© d’Erawan dont l’entr√©e co√†¬Ľte le m√™me prix, ici c’est moins enthousiasmant.

Koh Chang cascade de Klong Plu

De la nature, des plages, y a quoi d’autres √†¬† Koh Chang ? Demandez le programme. Y a une Monkey school, un parc d’accrobranche, un paintball m√™me, des camps d’√©l√©phants et j’h√©site √†¬† faire une petite excursion d’une heure avec l’un d’eux et Bang Bao. Bang Bao, kezaco ? Un village de p√™cheurs qui s’est forc√©ment adapt√© au tourisme mais qui garde son charme. La rue qui m√®ne au petit port est bord√©e de petites boutiques ma foi bien sympathiques tant par ce qu’elles vendent que par les maisons qui les accueillent et de restaurants, le tout sur pilotis. Ensuite, vient le quai en ciment avec les bateaux de p√™cheurs en bois, pour la plupart reconvertis en navires pour amateurs de plong√©e et snorkeling et au bout, avant que le ciment ne fasse un Y, un mignon petit phare blanc que je grimpe √©videmment, j’aime prendre de la hauteur. Un poulet √†¬† l’ananas command√© au Nok No√Į ( petit oiseau, forc√©ment un photographe ne pouvait pas choisir de manger ailleurs ) dans le ventre, je pars √†¬† la recherche de ce qui ressemble presque √†¬† une plage et j’y arrive apr√®s une marche sous un soleil de plomb. Les habits volent et me voil√†¬† √†¬† barboter avec le phare en ligne de mire, √†¬† droite, le ponton et les maisons sur pilotis, √†¬† gauche la montagne et les bungalows d’un resort. Bang Bao, √ßa devait √™tre mon point de chute mais l’agence qui a g√©r√© mon transport depuis Trat, n’a pas voulu m’y emmener car trop loin; c’est vraiment √†¬† l’oppos√© du lieu o√Ļ j’ai d√©barqu√©. Qu’importe, j’y suis et je confirme l’id√©e que j’avais que √ßa m’aurait plu. Un c√īt√© typique, un endroit paisible des petits restaurants en bois au-dessus de l’eau, forc√©ment, c’est tout ce que j’aime.

Koh Chang plage de Bang Bao

Koh Chang village de Bang Bao

Koh Chang Bang Bao Pier

De retour √†¬† White Sands Beach apr√®s un long trajet dans un taxi collectif qui a g√©r√© les lacets en mode rallye et n’a pas √©t√© loin de me retourner l’estomac, un petit bain et hop en position pour regarder le coucher de soleil. Puis retour √†¬† ma chambre. Je croise un restaurant en train de mettre une poup√©e de P√®re No√†¬ęl au somment d’un c√īne argent√© entour√© de guirlande, repr√©sentation la plus proche d’un sapin de No√†¬ęl qu’on puisse faire ici. Car oui, √ßa approche en fait…