Un palais pas en toc et un wat pas de pot

Share Button

Dans tous mes passages à  Bangkok ( oui, j’oubliais, j’ai quitté Koh Chang ), j’ai soigneusement évité le Palais Vimanmek, persuadé que ce serait une visite qui ne me passionnerait pas mais aujourd’hui, j’ai décidé d’aller voir pour être sà»r. Skytrain plus Chao Praya Express, je descends un arrêt trop tôt mais sinon, mon itinéraire était presque bon.
Je pénètre dans l’enceinte et première surprise, la plus grande maison en tek du monde, joue les farouches. Il faut s’acquitter d’un ticket même pour la contempler de l’extérieur. Je m’exécute donc et paie les 100 bahts requises. On me remet un plan et me parle de casiers pour mettre ses affaires. J’arrive enfin devant la bà¢tisse. Effectivement, c’est très raffiné et pas petit comme baraque ! Là , de suite une gardienne m’ordonne de me débarrasser de toutes mes affaires; enfin, je peux garder mes vêtements apparemment quoique vous allez voir… Je lui demande étonné si on n’a pas le droit de faire de photo. Elle me dit que si mais pour rentrer, il faut tout laisser dans des casiers. C’est obligatoire ! Et payant. 20 ou 30 bahts. Plus de sac, plus d’appareil photo, plus de téléphone portable même si le mien ne peux rien photographier, bref juste habillé et les mains dans les poches, je m’approche de l’escalier et dernière formalité, je dois pénétrer dans une salle qui sent fortement les pieds et pour cause, c’est là  que les visiteurs doivent abandonner leur chaussures. Sans certitude de les revoir, un panneau indique clairement prendre no responsability for your shoes lost. Pourtant, y a un gardien. Qui doit avoir un odorat peu développé, en tout cas, j’espère pour lui. Un portique de sécurité, une palpation rapide pour voir si j’ai pas essayé de tricher et d’emmener plus qu’autorisé. La visite se fait dans un sens unique, pas de liberté de circulation et seul les couloirs sont accessibles. Je passe de groupe de Japonais en groupe de Japonais – j’exagère, y en avais que 3 mais à  part eux pas grand monde – jette un oeil dans les pièces, tantôt des pièces à  vivre avec mobilier, tantôt des trophées de chasse, des armes, une chambre à  coucher… La maison est belle mais organisée façon musée ce qui me la rend moins sympathique.

Palais Vimanmek Mansion

Je ressors mais me fait rembarrer, j’ai voulu prendre le même chemin que celui par lequel je suis arrivé devant le palais, y a un sens de circulation on a dit !!! C’est la visite la plus encadrée que j’ai faite en Thaïlande, j’ai jamais vu autant d’agents dont certaines dormaient carrément de l’autre côté des cordons de sécurité. Je crois que mon intuition était bonne, pas le lieu qui m’aura le plus marqué à  Bangkok. Faut dire que dés qu’on m’enlève ma liberté de circuler et flà¢ner dans tous les sens, le charme opère plus difficilement. Et je n’ai jamais trop aimé les musées, ils manquent de vie.
Retour à  la bonne station de bateau cette fois ( Krung Thon Bridge ) et arrêt à  Phra Athit pour aller voir Khao San Road. Après avoir refusé au moins 10 costumes et mangé, je vais au Wat Po. J’aime bien ce temple. Il y a un cordon de sécurité qui m’empêche d’aller dans le bà¢timent principal et des gens encartés dont certains très bien habillés, d’autres moins et un tapis rouge. Je ne sais pas trop pourquoi. Et partout dans le temple des au-vents Thailand Beverage Company avec des tables et des chaises qui gà¢chent un peu la sérénité de l’endroit. La partie qui héberge le bouddha couché est sous les échafaudages, peut-être touché par les inondations. Je ne m’attarde pas trop, ce n’est pas l’ambiance paisible que j’affectionne trouver ici. Je prends le bac qui pour 3 bahts m’amène sur l’autre rive et vais voir le Wat Arun que je photographie sous des angles sous lesquels je l’avais pas encore figé jusque là . Il y a pas mal de monde, des Thaïlandais. On est samedi.

Wat Arun Bangkok

Temple de l'Aube Bangkok