Une journée de voyage pour finir au paradis

Share Button

Non il n’est rien arriv√© √†¬† mon tram, mon TGV, mon m√©tro, mon bus, mon 1er avion, mon second avion ou mon skytrain. Et puis, c’est une usurp√© cette mention du paradis ou alors, je vous le dis tout de suite, on s’est fait enfler.
Pour changer un peu, je suis parti en Tha√Įlande avec Vietnam Airlines cette fois-ci, pas que les autres compagnies et moi sommes f√†¬Ęch√©es, juste l’appel du porte-monnaie qui voulait rester le plus rempli possible et en plus, le trajet total est un chouillat plus court. Par contre, ils sont inconscients ces Vietnamiens, les avions de la compagnie sont peints en bleu. Ton sur ton, on les voit pas dans le ciel, c’est le base pourtant. Moi, j’√©tais pas rassur√©. Par contre, ils nourrissent leur homme, enfin leur passager, en 13h d’avion jusqu’√†¬† Hanoi: un d√©jeuner plus copieux que celui servi √†¬† bord d’Emirates ou Ethiad, des nouilles instantan√©es pour le souper ( enfin si tu dors pas et te l√®ve pour les r√©clamer, les somnolents ont toujours tort ) et un petit d√©j avec omelette, patates, croissant, confiture…
Arriv√©e √†¬† Hano√Į, a√©roport international certes mais rien √†¬† voir avec Dubai ou Abou d’Abi, tant dans les dimensions, que les √©quipements ou l’organisation. En transit, on est s√†¬Ľr d’√™tre en Asie du Sud-Est gr√†¬Ęce √†¬† un d√©tail qui ne trompe pas, le salon de massage des pieds entre deux magasins duty free. En fond sonore, les annonces des vols et passagers retardataires en mode sono de f√™te de famille mal r√©gl√©e avec Larsen qui comme d’habitude fait de l’effet, les gens ont beaucoup de mal √†¬† se parler. On se croirait en bo√ģte.

Aéroport hanoi

Puis, Hanoi – Bangkok, 1h50 de trajet, nouveau repas servi, je passe mon tour, et me voil√†¬† dans le serpentin immense de la file des guichets de l’immigration tha√Įe. Je n’√©tais jamais arriv√© en pleine journ√©e, ben, le jour, on est plus nombreux ! 45 minutes plus tard, je r√©cup√®re ma valise qui a le tournis √†¬† force d’√™tre rest√©e sur le tapis sans que je vienne la chercher et hop un tour au bureau de la TAT ( l’Authorit√© Touristique de Tha√Įlande, oui c’est dans le d√©sordre comme au tierc√© mais c’est parce que c’est de l’English √†¬† la base ). ¬ę¬†Comment on va √†¬† Ko Kret ?¬†¬Ľ ¬ę¬†Comment on va au march√© flottant de Taling Chan ?¬†¬Ľ ¬†¬Ľ Comment on fait les b√©b√©s ?¬†¬Ľ Non, celle-l√†¬†, c’est bon, je connais la r√©ponse. Enfin, je crois… Aux autres questions aussi mais je veux avoir la version officielle car je ne suis pas tr√®s s√†¬Ľr de ce que j’ai trouv√©. Airport Link, check in √†¬† l’h√ītel, un petit tour pour m’acheter des tongs et on finit par une douche froide pour essayer de r√©guler √†¬† nouveau la temp√©rature de mon corps.
Le soir, grand nostalgique que je suis, je d√©cide d’aller voir le tout jeune Siam Paradise Night Bazaar, qui remplace feu le Suan Lum Night Bazaar que j’aimais beaucoup. Je m’attendais √†¬† ce que ce soit moins bien mais y a vraiment pas un chat. Ca tombe bien, je suis allergique, me dirait vous mais il y a tr√®s peu d’√™tre humains aussi. M√™me des marchands, il y en a pas beaucoup. Plus de la moiti√© des boutiques ont rideau de fer baiss√© et pour beaucoup, √†¬† mon avis, elles n’ont pas trouv√© preneur.

Siam Paradise night bazaar

Siam paradise Night Market

Je m’attable √†¬† un restaurant √†¬† l’entr√©e, digne des petits restaurants de rue, trois tables en fer pas tr√®s en forme, aucun effort de d√©co. L’endroit n’a aucun charme, des rideaux baiss√©s √†¬† ma gauche, une all√©e d√©serte droit devant et pourtant le c’est deux fois plus cher que n’importe quel restaurant du m√™me acabits √†¬† Bangkok. Tant pis, je veux soutenir l’endroit, je reste. Mais je vois mal comment un jour, ce night bazaar pourra ne serait-ce qu’√™tre un peu fr√©quent√©. C’est vrai que j’y suis all√© t√īt, √†¬† 19h mais une heure apr√®s, pas plus de monde ni de boutique ouverte. Vraiment dommage, quand on se souvient du charme et de l’ambiance de celui de Lumphini d√©mont√© il y a deux ans.