Passons aux choses Koh Kret

Share Button

Apr√®s avoir perdu ma matin√©e et une partie de l’apr√®s-midi √†¬† essayer de trouver une solution √†¬† un plantage du blog que vous √™tes en train de consulter et qui m’emp√™che d’y publier quoi que ce soit, je suis enfin parti √†¬† l’assaut d’une petite √ģle de Bangkok ( oui, enfin on m’a dit Bangkok mais c’est plut√īt Nonthaburi ) qui s’appelle Koh Kret et qui serait un petit poumon vers perdu dans le tumulte de la ville.
Je n’ai jamais r√©ussi √†¬† avoir des informations fiables ou certaines sur comment y aller mais derni√®rement, j’ai sympathis√© avec une tha√Įlandaise via Facebook ( Mark si tu nous regardes…, non faut pas que je l’emb√™te, il est en train de compter ses milliards qui se font la belle ) et elle aime bien faire des petites excursions et les poster en photos. Photos, tr√®s sympas d’ailleurs. Elle est all√©e √†¬† Ko Kret et je lui ai donc demand√© comment. En voiture, jusqu’√†¬† l’embarcad√®re bien s√†¬Ľr. Elle m’a quand m√™me indiqu√© deux bus qui devraient m’y emmener depuis le Victory Monument. M√©tro a√©rien jusqu’√†¬† cette plaque tournant des voyages sur quatre roues. La place accueille un nombre incalculable de lignes de bus pour Bangkok et sa banlieue et de minivans √†¬† destination de partout dans le pays. Reste plus qu’√†¬† trouv√© l’arr√™t du 166. Un tour de place et rien. Je prends de la hauteur et observe les vas et viens pendant un bon quart d’heure. Rien. Il manque toujours √†¬† l’appel. Elle m’avait donn√© un autre num√©ro de bus mais moins s√†¬Ľre d’elle, le 69. Lui a un arr√™t. Je m’y installe. Passe 25 minutes, tous les autres num√©ros sont pass√©s plusieurs fois, le 69, non. Pas loin, il y a un kiosque d’information qui a l’air d√©sert. Je finis par traverser la route pour en faire le tour et m’assurer qu’il est vide. C’est le cas. Je cogite 30 secondes et voil√†¬† le bus qui arrive.
A bord, la pr√©pos√©e arrive √†¬† ma hauteur. Je lui dis que je vais √†¬† Koh Kret mais elle n’a pas l’air de comprendre. Il faut dire que j’ai beaucoup de mal √†¬† prononcer ce nom correctement. A chaque fois que j’en parle, je dois le montrer √©crit pour qu’on me comprenne. Je lui tends le doc que je me suis fait pour pr√©parer mon exp√©dition. Elle est toujours dubitative. Il passe de voyageuses en voyageuses, oui bizarrement les hommes sont bien moins serviables et une a compris o√Ļ je veux aller. Discussion avec la responsable des tickets puis elle m’explique que ce bus n’y va pas mais que je peux rester pour changer ensuite pour le 104. Ce que je fais au moment o√Ļ elle me le dit. Je suis ob√©issant moi surtout quand je sais pas o√Ļ aller. L√†¬†, je me fais tout de suite comprendre parce que je ne dis plus Koh Kret qui est l’√ģle et aucun bus amphibie pour y aller mais Pak Kret qui est la ville juste √†¬† c√īt√©. Je descends aussi quand on me dit de descendre. Avant que la route fasse un U et que le bus ne retourne √†¬† Bangkok en fait.
L’embarcad√®re est tout droit. Je monte sur le bateau qui me d√©pose de l’autre c√īt√©, monte au guichet, une voix me demande ¬ę¬†Go Klet mai¬†¬Ľ ( c’est comme √ßa que je l’ai prononc√© aussi d’abord ), je r√©ponds par l’affirmative, paie les 15 bahts qu’elle me demande et continue tout droit. Ca ressemble pas vraiment √†¬† une √ģle tranquille. Je rebrousse chemin et retourne voir la voix ( on se croirait dans Secret Story ). En fait, il y a un autre bateau qui m’attends pour m’emmener sur Koh Kret. Faut faire deux travers√©es. Le bateau part, je suis le seul passager.

bateau Koh Kret

100 √†¬† 200 m plus loin, j’y suis ! Un doute me traverse l’esprit alors que je vois l’embarcation faire demi-tour. ¬ę¬†Comment je vais repartir de l√†¬† ?¬†¬Ľ. On verra en temps voulu. Je photographie le ¬ę¬†chedi fondu¬†¬Ľ. Bon, d’accord c’est un surnom que je lui ai donn√© mais il penche et donne vraiment l’impression d’√™tre trop rest√© au soleil.

Koh Kret

Je m’aventure dans les petites rues et c’est vrai que c’est d√©paysant. Pas de voitures, que des deux roues, quelques ¬ę¬†vraies¬†¬Ľ routes mais sinon beaucoup de chemins et surtout des lacets de ciments sur√©lev√©s d’un m√®tre de large. Des temples, des maisons tr√®s styl√©es pour la plupart en bois, des jardins… Je fais une vraie balade champ√™tre. Il y a aussi un village de potiers mais pas tr√®s actif, il faut dire que je suis arriv√© tard, on est en d√©but de soir√©e. Je ne croise d’ailleurs que des habitants de l’√ģle a priori alors que d’apr√®s mes informations, le week-end, il y avait des visiteurs du ¬ę¬†continent¬†¬Ľ. Avec l’heure tardive, plus la grosse averse qu’il y a eue peu avant que j’arrive, ils doivent d√©j√†¬† √™tre partis. Le Koh Kretins, oui bon, je pense qu’ils doivent avoir un nom plus joli, en tout cas j’esp√®re, semblent √©tonn√©s quand ils me croisent. Je m’amuse √†¬† penser qu’ils doivent se dire ¬ę¬†il est fou ce farang, il va jamais repartir d’ici avant ce soir, y a plus de bateau¬†¬Ľ. Mais je continue. Une famille me salue en Tha√Įlandais, je r√©ponds, encourag√©, le p√®re demande d’o√Ļ je viens. ¬ę¬†Farangset¬†¬Ľ r√©ponds-je. Et l√†¬†, il me dit ¬ę¬†Sorry, sorry. 2-0¬†¬Ľ, je viens d’apprendre en Tha√Įlandais que la France a perdu contre l’Espagne. J’avais compl√®tement oubli√© l’Euro.

Koh Kret

Revenant sur mes pas, je vois un petit embarcad√®re et un bateau qui d√©charge des passagers et en prends d’autres, je m’y engouffre. De l’autre c√īt√©, en une fois ce coup-ci, je suis assez loin de l’arr√™t de bus mais je sais vers o√Ļ aller. Une demie-heure apr√®s, en ayant crois√© de nombreux sourires √©tonn√©s de voir un farang marcher par ici, j’arrive l√†¬† o√Ļ passent les bus et que vois-je ? Un 166. Il existe, je l’ai rencontr√© ! Il va partir dans le U, je traverse √†¬† toute h√†¬Ęte pour le devancer et pouvoir monter dedans. Et vous me croirez ou pas sur le chemin du retour, j’en ai vu une quinzaine. Faut croire qu’ils sortent que la nuit. Et il m’a bien d√©pos√© au Victory Monument. Il n’a juste pas d’arr√™t √†¬† son nom. Une coutume apparemment quand je cherche √†¬† prendre un bus…