En route pour Nakhon Ratchas… pour Korat

Share Button

Oui, on ne va pas s’emb√™ter tout le monde dit Korat et personne n’utilise le nouveau nom m√™me si c’est celui marqu√© sur les bus, les panneaux de directions et la gare. En plus quand les gens l’utilisent, ils zappent le Nakhon et compresse le reste en Ratsima.
Ce matin, avant de quitter la capitale, j’ai d√©cid√© de me faire un bon petit dej. Le food center du Nana Square qui vient juste de faire chauffer ses marmites n’est pas pr√™t √†¬† me servir. Je pars donc √†¬† la recherche d’un resto de rue mais j’aper√ßois sur le Soi 11, une banderole pour des cours de cuisine. Et on peut y manger, pas ce que font les √©l√®ves,apparemment mais bien la cuisine du personnel. Rassur√©, je m’y attable et commande du poulet grill√© avec une sauce poivre, piment, citronnelle pas mauvaise du tout et du riz et en dessert des nems de banane fris saupoudr√©s de sucre glace avec un filet de sauce au caramel. Miam ! Le tout pour 100 THB. Un bon plan cette adresse. Vraiment. En plus, je crois qu’ils font aussi h√ītel et vu le d√©cor de la r√©ception qui est dans une maison en bois joliment d√©cor√©e ce qui n’est pas du tout courant dans le coin, √ßa doit pas √™tre mal.
Un peu l√†¬Ęche, j’ai pr√©f√©r√© faire le trajet de Bangkok √†¬† Nakhon Ratchasima ( c’est √ßa le nom officiel de la ville o√Ļ je veux aller ) en bus climatis√© plut√īt qu’en train. C’est deux heures moins long et encore √ßa d√©pend des trains, il y en a qui prennent vraiment leur temps. Rendez-vous √†¬† Mochit o√Ļ le guichet d’information m’ouvre un tout nouvel univers. Pour Kohrat, c’est au 3e √©tage. J’y √©tais jamais all√© encore, persuad√© que tous les guichets √©taient en bas et qu’au-dessus, il n’y avait que restaurants et magasins. Et ben non, y a encore plein de kiosques de vente de billets. Tr√®s peu pratiquent le double affichage Thai-Anglais, pas √©vident pour trouver. Je commence √†¬† regarder en cherchant les deux derni√®res lettres puis tombe sur un ¬ę¬†Nakhon Ratchasima¬†¬Ľ en occidental dans le texte. D√©part dans 15 minutes, bus VIP climatis√©, le top du top √†¬† 220 bahts. Je prends mon billet. Sur le quai, grande premi√®re, on me pique mon bagage et on l’√©tiquette. A l’int√©rieur, les fauteuils sont larges. Ils s’inclinent √©videmment mais ont aussi un support pour les mollets. Un faux air de fauteuils de dentiste mais sans le gars masqu√© qui veut vous faire du mal en ramenant sa fraise. Et ils seraient m√™me super confortables si je n’√©tais pas si grand. Le bas de l’appuie-t√™te m’arrive aux omoplates.
Une fois √†¬† Korat, trois heures plus tard, ma valise dans la chambre d’h√ītel, je d√©cide de partir voir le Talat 100 Pee Muang Ya, le march√© 100 ans Muang Ya. J’ai un plan succinct o√Ļ il ne figure pas, le Lonely Planet ne le mentionne pas ( enfin celui de 2009 ) mais je sais dans quelle rue il est, c’est juste qu’elle est longue la rue. Arriv√© √†¬† la gare, qui normalement est sur le chemin, je rentre et demande. L’officier me dit que c’est bien dans cette rue mais √†¬† plus d’un kilom√®tre. Un peu d√©courag√©, je m’ent√™te √†¬† continuer √†¬† pieds et 5 minutes plus tard, j’aper√ßois sur la gauche un coin avec des petits restaurants. Le temps de me dire que √ßa a l’air sympa comme endroit, je l√®ve les yeux et je vois marqu√© en tha√Į le nom du march√© que je cherchais. 1 kilom√®tre ? Marseillais va ! Ce n’est pas tr√®s grand, toute la premi√®re partie est r√©serv√©e √†¬† la restauration et ensuite on arrive sur ces petites boutiques de toutes sortes en bois et sur l’all√©e la plus √†¬† gauche il y a de veilles maisons en teks tr√®s jolies, parfois peintes avec restaurant ou caf√© √†¬† l’int√©rieur pour celles qui sont ouvertes et derri√®re la voie ferr√©e avec quelques trains de marchandises dont certains √†¬† l’abandon. Le soleil commence √†¬† d√©cliner les lampions √†¬† s’allumer, on passe en ambiance nocturne.

Talat 100 Pee Muang Ya Korat

Khorat Talat 100 Pee Muang Ya

Sous le charme et affam√©, je d√©cide de manger ici. Pas un mot en alphabet occidental sur les menus des stands. J’ai du mal √†¬† lire tous les mots du coup, je demande √†¬† un gars de me lire ce qu’il a d’affich√© lui expliquant que je n’arrive pas √†¬† lire le tha√Į. A compris. J’ai but√© sur le mot khao ( riz ), impardonnable ! Je prends √ßa alors khao pad poo + kung, riz saut√© au crabe et crevettes. J’ai soif et juste √†¬† c√īt√© un stand propose des jus de fruits frapp√©s. Je demande si elle a de la mangue mais non. Elle me liste, ce qu’elle a, ¬ę¬†Tai mo¬†¬Ľ, choisis-je, la past√®que y a rien de mieux pour se rafra√ģchir. C’est dans des moments comme √ßa o√Ļ je suis content de parler un peu tha√Į. Il fait nuit depuis 3/4 d’heure, c’est le moment d’aller au march√© de nuit. Enfin au premier, y en a deux mais j’ai beaucoup march√© d√©j√†¬†. C’est √†¬† l’oppos√©. Je repasse devant la gare, un petit coucou √†¬† la statue de Thao Suranaree dont il faudra que je m’int√©resse √†¬† qui elle √©tait car elle semble importante dans la r√©gion, je passe la Chumphon Gate et c’est tout droit.

Korat Chumphon gate

Korat marché de nuit

Le premier stand donne envie de se remettre √†¬† table: fricass√©es d’insectes en tout genre. Dommage que j’ai d√©j√†¬† mang√©. Le march√© est assez fr√©quent√© mais vraiment pas grand. J’en fais le tour avant de retourner √†¬† mon h√ītel. Demain, je me lance √†¬† la d√©couvert de Ratsi… Korat.