Visite de Nakhon Ratcha… de Korat quoi

Share Button

Allez maintenant, on visite Nakhon Ratchasima. Dans le prospectus de la TAT, il est mentionné le City Tram Tour. Un petit parcours pour découvrir les principales attractions de la ville en étant véhiculé. Départ à  9:00 du monument Thao Suranaree. C’est bien ça, une visite avec chauffeur.
Arrivé un quart d’heure avant le grand départ, je ne vois aucune indication et vais donc m’enquérir de plus d’informations auprès d’une vendeuse de rue. Petite conversation en Thaï un peu chaotique, je comprends quand même que pas de City Tram Tour. J’appelle le numéro donné dans la brochure pour avoir des infos. Mon interlocuteur parle très mal Anglais et ça lui dit rien. Bref, je pense qu’en basse saison, il n’existe pas et suppose que sinon c’est une bonne option ( qui coà»terait 20 THB par personne selon la légende ). Mai pen rai, je suis grand, je vais me le faire moi-même le parcours. Et à  pattes du coup. Je commence par le Wat Payap, surtout intéressant pour son cave temple très artificiel car en surface mais joli quand même. Un nouveau bà¢timent se construit avec une architecture classique un peu revisitée. Plus mastoque avec beaucoup de marbre. Faut le voir fini. Et derrière un bonze sculpte avec application un statue de Bouddha dans la terre glaise. Et il est plutôt doué.

Korat Wat Payap

Bonze scumpte Bouddha

Je vous passe les temples intermédiaires qui n’ont que peu d’intérêt ( Wat Samakhi et le Wat dont j’avais réussir le nom sur le coup mais qu’il faut que je remette la main sur la photo pour le déchiffrer à  nouveau mais je suis un gros flemmard donc je le ferai pas ). Me voilà  au Wat Sala Loi, qui est remarquable pour son bà¢timent ajouté en 1973 et sa réinterprétation moderne de l’architecture ancestrale de temples bouddhistes. Il a même gagné le prix du meilleur bà¢timent religieux d’avant-garde de la Siam Architects Society. Et c’est rare qu’un temple même construit de nos jours ne reprennent pas exactement les structures habituelles avec des matériaux plus modernes, évidemment.

Korat Wat Sala Loi

Nakhon Ratchasima Wat Sala Loi

Un Wat Isan et un Wat Bun plus tard, pas franchement étonnants, petit tour à  l’hotel pour faire la sieste. Le Sansabai que je conseille vivement mais chut, pas de pub, le CSA, nous observe. Je ressors avec l’intention d’aller voir le Wat Padawan, euh pardon, le Wat Pa Salawan, qui serait en pleine nature. J’aime les temples, j’aime la nature, je l’aime déjà . A peine fait deux pas dehors qu’une vitrine avec des muffins et des tartes attire mon regard. Je pousse la porte, l’accueil est chaleureux. La commis de cuisine apprenant que je suis Français, me déclarera même sa flamme en Français. Bon, c’est moi, qui lui aurait appris ce que veut dire « je t’aime » mais c’est toujours bon à  prendre. Deux muffins chocolat au lait framboise, deux et réchauffés s’il vous plaît. Et je vous le dit la bouche pleine, « ils font faffement bons ! « . La boutique, s’appelle Korat Chef. Bref, on est là  pour visiter on a dit.
Je longe la voir ferrée et découvre de jolies maisons en bois, comme au Talat 100 Pee Muang Ya mais avec en plus de jolis jardins verts et, je dois dire, souvent la peinture un peu plus écaillée. Il est très agréable ce quartier. Quant au temple, c’est surtout son monument principal qui est intéressant. On se sent pas autant dans la nature que j’espérais mais il y a un petit lac derrière et un petit restaurant avec terrasse sur le toit qui serait bien sympa pour diner un soir.

Korat Wat Payap

Bref, Khorat c’est surtout bien le soir. Les monuments valent moins le déplacement que cette ambiance et le fait de dîner au Talat 100 Pee Muang Ya par exemple. C’est avant tout un point de départ pour le parc de Khoa Yai, un des plus mieux du monde, il paraît et Phimai et son temple khmer un des plus mieux de l’Isan aussi. Ah oui, je sais plus si je vous ai dit mais la région où je suis, le Nord-Est, s’appelle l’Isan…