France – Ayutthya avec escales

Share Button

Cette fois-ci, pas d’arr√™t dodo √†¬† Bangkok. J’ai d√©cid√© une fois atterri dans la capitale tha√Įlandaise de m’exiler directement √†¬† la campagne. Oui, enfin √†¬† Ayutthaya. Un coup d’Airport Link, puis de m√©tro et me voil√†¬† dans le train pour l’ancienne capitale du royaume.
La locomotive se met en branle avec une heure et quart de retard. Me voil√†¬† dans l’ambiance tha√Įe. Ici, le temps et la ponctualit√© sont des notions bien plus relatives que chez nous. Arriv√© √†¬† destination, j’√©vite les sollicitations des chauffeurs de tuk-tuks et m’engouffre dans la rue en face de la gare, je commence √†¬† conna√ģtre, pour embarquer sur un bateau et traverser la rivi√®re (4 bahts) afin de me retrouver dans le coin des guesthouses et du march√©. Enfin d’un des march√©s parce qu’il y en quelques uns ici. Cette fois-ci, je pose mon baluchon √†¬† roulettes chez Mr At, un peu malgr√© lui apparemment car malgr√© l’heure avanc√© de l’apr√®s-midi, je le tire clairement de son sommeil. Et l’ordre de l’accueil de sa guesthouse est bien plus al√©atoire que l’an pass√© quand il venait d’ouvrir. Madame serait-elle absente ?

Ayutthaya

Ayutthaya thailande

Ayutthaya

Un petit tour rapide du quartier et je m’installe √†¬† restaurant de rue pour exercer mon tha√Į et commander √†¬† manger. Le lendemain, r√©veill√© t√īt, je me suis pr√©par√© tout un circuit avec en point d’orgue mon Wat Yai Chia Mongkhon ador√©. Je l’aime ce temple, mais je l’aime ! Embarqu√© sur un v√©lo lou√© √†¬† l’agence de voyage non loin car Mr At dormait encore, je me trompe dans les rues et me retrouve finalement sur une route qui je sais va me conduire au Wat Yai Chai Mongkhon. Au diable l’itin√©raire, on va le faire √†¬† l’envers. Et je dois dire que je suis content de retrouver ses deux grands bouddhas et son escalier, son carr√© de statues qui entoure son chedi et son Bouddha couch√© qui sans sa couverture des fois pr√©c√©dentes d√©voile une p√†¬Ęleur charmante et fait toujours l’objet d’une grande d√©votion. Nombre de fid√®les et m√™me de touristes y apposant une petite feuille d’or. Retour sur scelle et hop, au Wat Phanoeng et son immense Bouddha assis. Encore plus fr√©quent√©. Et √†¬† c√īt√©, sur la rivi√®re, une petite navette fluviale pour traverser (10 bahts avec un v√©lo) et arriver au niveau de la Phet Fortress et repartir sur mon itin√©raire √†¬† rebrousse-poil. Passage √†¬† la TAT que j’inonde questions, puis repas dans le march√© √†¬† c√īt√© du Wihaan Mongkhon Bophit et visite de ce dernier, un tour au Wat Thammikarat ou je d√©couvre un tr√®s beau Bouddha couch√© qui m’avait √©chapp√© jusque l√†¬† et ensuite, je pars en qu√™te du march√© flottant, la vraie raison de ma pr√©sence ici car je n’y suis encore jamais all√©. Je suis les panneaux, demande en chemin en tha√Į, on me dit qu’il est ferm√©, trop t√īt peut-√™tre, mais je continue, je veux le voir ! Suis t√™tu moi ! Et il est bien ferm√©. Pas temporairement, il est √©croul√©, √†¬† l’abandon depuis les inondations. Renseignements pris, il y en a un nouveau mais c’est pas √†¬† c√īt√©.

Bouddha Ayutthaya

Il se fait tard, je demande √†¬† un tuk-tuk de m’y emmener. Il est 19h et il m’assure qu’il n’est pas ferm√© mais arriv√© sur place, le noir complet, l’endroit a pli√© boutique depuis une bonne heure. Le lendemain matin, je serai enfin dans ce march√©, certes artificiel, mais sympathique pour qui aime le shopping ou pour manger dans un cadre un peu diff√©rent. 50 THB les Pad thai kung (crevettes) par exemple.
Mission, accomplie, on peut aller voir les singes de Lopburi.