Une semaine en Turquie – Epsiode I

Share Button

( rien √†¬† voir avec la Tha√Įlande, le Cambodge ou autre c’est juste un petit entrainement de r√©cit de voyage avant le vrai grand voyage de plusieurs mois en Asie en novembre seul sans guide, sans agence… )

Turquie – Antalya et la Capadoce
D√©part le 13 juin. Je ne suis pas paraskevid√©katriaphobe donc tout va bien. Arriv√© √†¬† l’a√©roport, apr√®s avoir rempli les formalit√©s d’usage, bu d’une traite le reste de ma bouteille d’eau sous peine de voir le GIGN la faire exploser devant moi et h√©sit√© sur l’achat d’un Toblerone g√©ant en duty free ( c’est mon point faible avec les Kinder classique ), je m’installe en salle d’embarquement. D√©collage pr√©vu √†¬† 10h40.
La compagnie qui affr√®te le vol a un nom de lessive ¬ę¬†Sun Express¬†¬Ľ, sorte de m√©lange entre Sun Micro-tablettes et Mir Express. 10h55, nous n’avons toujours pas embarqu√© mais le panneau d’affichage de l’a√©roport se veut rassurant et annonce que le vol est bien √†¬† l’heure et d√©collera bien √†¬† 10h40. Du coup, je ne m’inqui√®te pas. Ils ont peut-√™tre une machine √†¬† remonter le temps √†¬† a√©roport de Paris. 11h05, √†¬† ma grande surprise, le vol est indiqu√© retard√© sur l’affichage de la salle d’embarquement. C’est le choc. Il ne partira pas √†¬† 10h40 finalement. 12h10, je vois passer l’√©quipage les bras charg√©s de sacs contenant de l’absynthe ou du Bailey’s. Rassurant… Cinq minutes plus tard, on embarque. Enfin ! Dans l’avion, on nous passe un superbe film, enfin je crois. En tout cas les images sont jolies. Je demande √†¬† l’h√ītesse, s’il s’agit d’un film muet. Elle me r√©pond que non, que pour la modique somme de 3 euros, je peux avoir un casque et jouir des dialogues de ce chef d’oeuvre du 7e art. Je d√©cline l’offre et d√©cide de compter les nuages pour m’occuper.
17h25, heure locale, nous atterrissons √†¬† Antalya. Je mets mon premier pied en terre turque et d√©j√†¬† le pauvre transpire et √©touffe. Il fait chaud et humide. Petit √†¬† petit mon corps encore baign√© de l’√©t√© parisien ( √©t√©, c’te blague ouais ! ) s’habitue √†¬† ce nouveau climat. Par de grands signes, √†¬† coups de panneaux avec le nom de notre tour op√©rateur, des petits hommes agit√©s mais souriants nous dirigent vers des bus climatis√©s. ¬ę¬†Touriste Bauswein, bus num√©ro 4 !¬†¬Ľ Je monte. Le v√©hicule rempli de sa cargaison, d√©marre. Un homme prend la parole au micro. Il se pr√©sente, il s’appelle Ozan, c’est notre guide. Et comme √†¬† mon habitude, je me sers d’un jeu de mots fumeux dont j’ai le secret pour retenir son patronyme. ( ¬ę¬†Ozan citoyens, formez vos bataillons, marchons, marchons…¬†¬Ľ). Petit temps libre √†¬† l’h√ītel pour finir la journ√©e.
A Antalya, il n’y a que deux plages et l’essentiel du littoral est constitu√© d’une falaise abrupte qui tombe √†¬† pic ( comme Colt Silver ) dans la mer. Du coup, chaque h√ītel a son petit chemin en serpentin ou mieux son ascenseur pour acc√©der 60 m√®tres plus bas au pied de la falaise et √†¬† la petite plateforme qui fait office de plage. L’eau est chaude. Plus chaude que le liquide chlor√© qui remplit la piscine 60 m√®tres plus haut.

Truquie Antalya - cote
C√īte d’Antalya

Me voil√†¬† donc arriv√© √†¬† Antalya, le s√©jour et les visites peuvent commencer. Suite au prochain √©pisode…