Un soir de fin du monde

Share Button

Ca y est c’est officiel Tha m’appelle Harry Potter maintenant. J’aurais pas du lui dire mon prenom prononce a la francaise. C’est sur c’est plus dur a dire que le sien. D’ici a ce qu’elle me demande des tours de magie y a pas loin.
Ce soir, c’est un peu l’heure de pointe au salon de masage. Quand j’arrive, il y a deja trois hommes dont les portables bippent assez regulierement et qui partent de temps en temps dans des conversations. Des as de la detente quoi ! Et quelques minutes apres c’est toute une petite famille qui debarquent pour se faire masser. En meme temps c’est rassurant, ce cote familial, peu de chance d’avoir des propositions bizarres ici.
C’est a nouveau Tha qui s’occupe de mes tensions musculaires. Elle s’attarde un peu sur mon genou qui est toujours un peu grognon et me demade si j’ai bien allege mon sac a dos que j’emmene toujours avec moi en vadrouille comme elle me l’a conseille hier. Une vraie mere poule 😉 J’acquiesce. Elle me fait un sourire d’approbation. Nous reparlons cinema et elle m’indique plus precisement comment m’y rendre pour finalement me proposer d’accompagner une de ses collegues qui habite pas loin quand elle rentrera chez elle. J’accepte avec plaisir.
Mon escorte jusqu’au cinema, s’appelle Lah, facile a retenir. Du coup, je me demande qu’elle sont les prenoms des autres masseuses. Est-ce un critere d’embauche d’avoir un prenom d’un syllabe en a ? Nous nous frayons un passage entre les stands des vendeurs de rue et les magasins dont les etales mordent sur le trottoir jusqu’a la station de Skytrain voisine, Nana. Sur le quai, je lui propose de m’accompagner. Le cinema Magic Cineplex se trouve a la station Ekkamai. Lah a envie de voir 2012 ce qui ne me surprend guere, elle m’expliquait plutot aimer les films avec des « FX ». Nous repnons les billets et petite surprise, on peut choisir sa place sur l’ecran du caissier. Nous montons plusieurs esclators et arrivons a l’etage des salles. C’est un complexe tres moderne qui rapelle assez les multiplex qu’on connait en France. Les bandes annonces sont deja commencees, on se glisse a nos places. Juste avant le film, tout le monde se leve. Je les imite. Un spot a la gloire du roi avec en fond sonore ce que j’imagine etre l’hymne national est diffuse sur l’ecran. Il met en avant les valeurs de la solidarite et de l’entraide, plusieurs personnes poussent un camion embourbe, on voir des medecins s’affairer aupres de malades, l’equipe thai de foot… Le roi n’apparait que tres peu.
Puis le film commence. Et la vous allez me dire emmener une thailandaise voir un film catastrophes avec des enormes tsunamis c’est pas malin malin. Et c’est vrai que pendant ces scenes-la, j’ai trouve la salle particulierement silencieuse. Mais peut-etre est-ce une impression. Je ne fais pas vous faire une critique de film, si ce n’est vous dire que qund meme, la fin du monde, c’est long surtout sur la fin. Lorsque l’on sort, il est minuit largement passe. Plus de Skytrain. Lah me demande si j’ai besoin qu’elle m’accompagne pour que je rentre a mon hotel. je suis grand, je devrais y arriver, enfin le chauffeur de taxi y arrivera. Je lui propose de la deposer mais comme elle habite tout pres elle me laisse, apres les salutations d’usage, m’engouffrer dans la voiture rose bonbon tout seul. J’explique en anglais ma destination puis tend ma carte au chauffeur qui ne sort ses lunettes mais ne semble pas ariver a lire les caracteres, certes ecrit tres petits. Et c’est la que je suis content de savoir compter en thailandais parce que Sukhumvit Soi Three, ca ne lui parle pas mais des que je dis Sukhumvit Soi Sam, la, il fait un grand sourire et d’un geste de la tete me fait comprendre qu’il sait ou on va.