Allons ricanner avec Prachuap

Share Button

Lorsque vous êtes touristes en Thaïlande mais c’est pareil dans presque tous les pays chauds, a chaque fois que vous vous présentez à  l’accueil d’un hôtel, on vous propose deux options. De dormir dans une chambre « with fan » et là  forcément, je m’imagine passer la nuit avec une adolescente hystérique qui scande mon nom entrecoupé de petits cris stridents, me demande des autographes et essaie de m’arracher ma chemise. Mais renseignement pris, il ne s’agit pas de ce genre de fan, juste un machin avec 3 hélices qui tourne au plafond pour vous donner un semblant d’air. Ou alors d’avoir l’air con et là , dit comme ça c’est donne pas tellement envie d’autant que c’est plus cher. Payer plus pour avoir l’air intelligent, je dis pas mais là . Pourtant, il paraît que la majorité des gens choisissent cette option…
Donc, réveillé de ma nuit avec l’air con, je prends mon petit dej américain puis quitte ma guesthouse direction la gare d’Hua Hin. Objectif: gagner Prachuap Khiri Khan à  80 km au sud. Temps de parcours en train: 1h30, température extérieure: 33°C. Seulement voilà  pas besoin de neige ou de prendre l’eurostar pour avoir un train qui a du retard. Le mien en aura 2h30. Me demander pas pourquoi, j’ai pas compris les explications en thaï du speaker. Une fois, monté dans le train, c’est un 3e classe donc un peu compliqué de trouver une place assise mais j’y arrive. Et ça m’étonne toujours, pourtant ce n’est pas le première fois que ça m’arrive mais la famille qui partage les deux banquettes qui se font face avec moi, me propose tantôt de partager le riz gluant qu’ils viennent d’acheter à  une marchande ambulante, tantôt de boire de leur bouteille d’eau. Alors qu’on ne se connaît pas et qu’ils ne parlent pas un mot d’Anglais. Ca n’arriverait jamais dans le RER ça ! Ou alors, je serais méfiant.
La gare de Prachuap Khiri Khan est un peu sur le même modèle que celle d’Hua Hin mais de taille plus modeste et sans grande photo du roi en chemise style Magnum sans la moustache. Je descends de mon wagon et décide de tirer ma valise comme un grand dans les rues de la ville. A la recherche d’une guesthouse ou d’un hôtel oublié par le Lonely Planet ou le Routard tant les rares qu’ils mentionnent ne déclenchent pas leur enthousiasme outre mesure ou sont à  des prix un peu élévés par rapport à  ceux dont j’ai l’habitude. En fait il y a surtout 3 grands établissements hôteliers sur le front de mer et tous sont dans les mêmes prix ( 650 bahts pour chambre climatisé et un plus si vue sur la mer ) et puis j’ai trouvé un peu plus dans la ville le Nopporn Hotel ( à  mon avis ne cherchez pas une signification anglaise à  ce nom c’est du thaï ). Pour 400 bahts, je me retrouve dans une chambre spacieuse, avec un « king size bed », le lit le plus confortable dans lequel j’ai dormi jusque là , avec salle de bain avec eau chaude, télé, air conditionné et wifi gratuit. Le tout dans un établissement flambant neuf avec une petite piscine en bas. Et le front de mer à  2 minutes à  pieds. Clairement ma meilleure option depuis mon arrivée en Thaïlande. Et je dois dire que ça tombe assez bien ( le mot est bien choisi ) quand on sait que je vais devoir y rester un peu plus longtemps que prévu. Mais, suspens. Vous saurez la raison de ce séjour prolongé dans le prochains épisode des mésaventures, euh pardon des aventures de Michael en Asie…
Prachuap khiri khan